Je suis Marie Allain, thérapeute. Voici mon chemin jusqu'à l’Intelligence Relationnelle®. Après un Master en Psychologie et un Master en Ressources Humaines à Sciences Po Paris, j’ai exercé pendant 15 ans des fonctions ressources humaines. Je fus notamment responsable RH d’une usine de production pendant 5 ans. Le métier que j’exerçais me plaisait par certains aspects mais j’étais en permanence en mode « hamster qui tourne dans sa roue ». Je sentais confusément que quelque chose n’allait pas.

C’est la naissance de mes enfants qui m’a rapproché de qui j’étais profondément. Lors de mes accouchements, j’ai vécu une expérience transformatrice. J’ai alors compris que la vie que je menais ne me correspondait plus. Mon leitmotiv a alors été de continuer à faire vivre cette flamme intérieure que j’avais contactée au moment de la naissance de mes enfants.

Je me suis donc en quête d’une activité professionnelle qui soit alignée avec mon être profond. J’ai d’abord rencontré l’approche thérapeutique IFS sur mon chemin, qui m’a ensuite mené vers le modèle Intelligence Relationnelle®. Comment ais-je rencontré l’IFS ? Par hasard, en faisant des recherches sur Internet (mais était-ce réellement un hasard ?). Quand j’ai lu la présentation du modèle, j’ai eu un coup de cœur instantané. Tout ce qui était écrit me paraissait évident et juste. Cela faisait comme résonnance à un savoir profond à l’intérieur de moi.

J’ai pu négocier une rupture conventionnelle avec mon entreprise, avec en sus un budget formation dédié à ma reconversion. J’ai pu alors m’inscrire à la formation IFS niveau 1. Je me souviens que des parts de moi me disaient : « mais quelle idée de t’inscrire à cette formation ? Tu ne sais pas grand-chose sur le formateur, la qualité de la formation, etc… » Cependant, mes parts sceptiques ne se sont pas opposées à la force d’attraction qui me poussait inexorablement dans cette voie. J’ai d’ailleurs démarré mon activité de thérapeute rapidement à la suite de la formation niveau 1.

La formation IFS

Quand je me suis formée au modèle IFS, cette expérience a été une révélation pour moi.

Au-delà de la théorie, la formation est avant tout pratique. Il est assez unique de pouvoir expérimenter la posture de thérapeute en petit groupe de pratique, accompagné par un assistant garant du processus et de la sécurité des personnes.

Cette formation a aussi bouleversé ma croyance qui pensait qu’il fallait de longues années de travail sur soi pour atteindre notre moi profond (que l’on nomme Self en IFS) ; cet espace de sagesse à l’intérieur de nous. Avec l’IFS, c’est aisément accessible par le processus de décollement des parties, qui crée suffisamment d’espace à l’intérieur pour se connecter au vaste en nous.

C’est en outre magnifique de comprendre que toutes les parts de nous-mêmes ont une intention positive pour nous, y compris les plus négatives. Au lieu de vouloir s’en libérer, nous les accueillons tels qu’elles sont pour les aider à retrouver leur véritable nature.

C’est en rencontrant avec bienveillance les différents aspects de nous-même que nous pouvons nous unifier et nous rapprocher de qui nous sommes profondément.

Et quel soulagement de comprendre qu’une partie de nous-même ne résume pas qui nous sommes. J’avais par exemple une part de moi qui pouvait éprouver des sentiments de jalousie et une autre part de moi en avait très honte. L’IFS m’a fait réaliser que cela ne faisait pas de moi une personne jalouse par essence. Si cette part était jalouse, c’est qu’elle me protégeait d’une souffrance. Et une fois guérie, elle pouvait changer de rôle et retrouver sa vraie nature. Ce fut une véritable réconciliation avec moi-même lorsque j’ai pu accéder à cette nouvelle perspective.

J’ai compris et surtout expérimenté que l’essentiel du travail de thérapeute n’est pas la maîtrise d’un modèle thérapeutique, même si celui-ci est important. Non, l’essentiel est d’être dans une énergie de Self.

Ce qui est clé lors d’une séance de thérapie, c’est de vérifier si nous accompagnons notre patient depuis une part thérapeute ou une part sauveuse, qui a une intention pour la personne : la guérir, la sauver, etc… Ou depuis ce que nous appelons en IFS notre Self, notre moi profond, qui n’a pas d’intention particulière si ce n’est être présent à l’autre.

La formation nous apprend à développer cet état de présence lumineuse, permettant à nos patients de mettre de la lumière dans leur propre monde intérieur.

Enfin, même si elle n’est pas à visée thérapeutique, cette formation m’a emmené dans des contrées insoupçonnées de moi-même, malgré plusieurs années de thérapie précédentes.

Illus2

Après l’IFS, ma rencontre avec le modèle IR®

Ma rencontre avec l’IFS avait été forte. Celle avec le modèle IR® a été éblouissante. Le modèle Intelligence Relationnelle®, à la croisée de l’IFS et de la théorie polyvagale (TPV), a bouleversé ma pratique thérapeutique.

Avec l’IR®, nous descendons encore plus loin dans les profondeurs de notre être, grâce à notre système nerveux autonome. Ce modèle montre à quel point nos traumatismes, nos blessures et nos difficultés à vivre notre vie, est d’abord et avant tout liée à notre état physiologique. A partir de notre état physiologique se crée le récit psychologique. Quelle prise de conscience !

Le modèle IR®, en se basant sur la TPV, nous rappelle à quel point nous sommes mus par notre système nerveux autonome ; malgré nos cerveaux surpuissants. Il révèle que la porte d’entrée à notre guérison est notre corps qui a les ressources pour sortir du figement causé par le traumatisme.

Au départ, j’avais quelques doutes de parler du système nerveux autonome à mes patients, qui me semblait technique. Pourtant, quand je leur explique les différents états du système nerveux ; je suis à chaque fois surpris à quel point cela fait écho chez eux. Je peux lire dans leurs yeux le soulagement que quelqu’un les comprenne enfin et mettre du sens sur leur vécu.

Quand je décris l’univers du sympathique ou du dorsal à des patients ayant des traumas complexes, c’est comme si je leur parlais de LEUR monde.

Quand l’IFS apprend l’auto-régulation, l’IR® nous montre qu’il est parfois indispensable de passer d’abord par la co-régulation, c’est-à-dire la relation entre son patient et son thérapeute, permettant de créer la sécurité nécessaire à la régulation du système nerveux et à la guérison des blessures.

Comme le résume si bien une de mes patientes du haut de la sagesse de ses 20 ans (qui a vu l’évolution de ma pratique de l’IFS à l’IR®) : « c’est comme passer d’un dialogue avec un ensemble de parts à une relation d’être humain à être humain ». Pour moi, le modèle IR® a transformé la relation thérapeute-client en relation d’être humain à être humain, où le thérapeute s’engage avec sa tête, son corps, son cœur et son âme dans la relation.

Illus

Avec l’IR®, nous apprenons à accueillir nos patients avec amour et compassion. Notre énergie de Self devient incarnée et au service de la relation. Nous découvrons les profonds bienfaits du toucher, du regard, de la voix et du mouvement.

Moi qui m’étais construite en personne « indépendante qui doit se débrouiller par elle-même », ce fut un bouleversement de réaliser que je peux donner à l’autre ET je peux aussi recevoir de l’autre. C’est le principe de réciprocité développé dans l’IR®. Je ne suis plus seule face à mes difficultés et l’autre non plus. Je suis désormais aux côtés de mes patients et c’est magnifique de vivre cette relation chaleureuse dans la thérapie.

Enfin, chez certains de mes patients qui ne parvenaient pas à des changements durables avec l’IFS, j’ai pu avec l’IR® les aider à avancer dans leur processus de guérison grâce à la relation établie entre nous. Les problématiques d’attachement peuvent ainsi être merveilleusement traitées grâce à l’IR®.

Le modèle IR® est une pratique clinique profondément ancrée au service de la vie. Il ne s’agit pas seulement de guérir des blessures. Il s’agit de se sentir suffisamment en sécurité pour aimer la vie et prendre le risque de vivre.

Ma pratique

Quand je suis dans mon Self, centrée, je peux accueillir la souffrance de l’autre avec calme et compassion. Je ne me sens pas « plombée » par la souffrance de l’autre. Au contraire, elle me touche profondément. C’est pour moi un cadeau d’accueillir la vulnérabilité de l’autre.

Et je ressens une intense gratitude lorsque je vois mes patients se transformer, trouver une assise à l’intérieur d’eux, se réconcilier avec eux-mêmes, ressentir un apaisement profond et s’épanouir dans leur vie.

Je me sens enfin entourée par la communauté créée au fil de mes formations et supervisions, qui me soutiennent dans ma pratique de thérapeute.

 

Quelles différences par rapport aux autres modèles ?

L’essentiel du travail en IR® concerne la présence du thérapeute, le travail qu’il doit faire sur lui-même afin d’être dans son Self et de réguler son système nerveux.

Contrairement à la majorité des autres modèles, l’IR® est un modèle non pas seulement théorique mais fondé sur l’expérience. Il vient nous remettre en contact avec ce que nous savons profondément.

Cette pratique permet de dépasser le mental et d’aller dans les profondeurs de l’être, en mettant la personne dans un état de pleine conscience. Elle joue tant sur le plan mental, émotionnel, corporel et spirituel. Elle est profondément respectueuse de la personne. Elle amène nos patients à se reconnecter à qui ils sont profondément : afin qu’ils puissent vivre leur vie dans la sécurité, la confiance et l’harmonie.

A propos de la contributrice

Sans titre (3)

Marie Bressollette Allain est thérapeute IFS et Intelligence Relationnelle. Elle accompagne les personnes à devenir ce qui elles sont profondément. Elle œuvre également dans le domaine de la parentalité.

Vous pouvez retrouver son actualité sur www.aufirmaman.com