Le langage du modèle Intelligence Relationnelle® (Partie 2) – La vie des parties

La vie biologique comme la vie psychique sont soumises à la loi de l’homéostasie. Cette loi postule que les systèmes qu’ils soient biologiques ou psychiques, cherchent à revenir à l’équilibre lorsque celui-ci est perturbé. Ainsi le taux dans le sang de glucose revient-il toujours 1 g/L, quelques temps après que l’ingestion d’aliments l’ait fait augmenter. De la même façon les différentes composantes de la vie psychique (appelées parts dans le modèle IFS) tendent-elles à réagir à la suite d’un évènement, pour réguler son impact ou mettre en place des modes dits de survie. Les expressions suivantes désignent des mécanismes précis que les parts mettent en oeuvre dans ce cadre.


Coalition (opposé de polarisation)

Certaines de nos parts partageant le même objectif formant des alliances qui visent à renforcer leur rôle de protection de la personne. S’associer leur permet de gagner de l’influence au sein du système.

Déchargement

Désigne l’acte par lequel un exilé se défait de son fardeau, ou un protecteur de son rôle forcé. Cette étape du processus de guérison se fait après une prise en charge de la part blessée qui vise à lui délivrer le plus d’énergie de Self possible grâce à la relation de confiance qui se sera établie entre lui et elle. S’il se déroule en mettant en jeu l’imagerie mentale, il n’en est pas pour autant symbolique. Vécu par la personne sur un plan physiologique, comme une véritable expérience, il s’apparente à un rituel, où l’exilé est invité à donner son fardeau à un élément (terre, eau, air, feu…). Il peut se faire de façon progressive, mais le plus souvent, une seule séance suffit. Il entraîne des modifications durables. D’abord, il permet à l’exilé de recouvrer son intégrité pleine et entière, et d’être réintégré par la personne dans son système, comme une part ressource. Mais ce changement affecte aussi les protecteurs, qui sont invités à leur tour à se décharger de leurs rôles forcés devenus la plupart du temps sans objet. Une fois déchargés, ils deviennent à leur tour des parts ressources.

Polarisation (opposé de coalition)

Ce terme désigne la relation d’opposition qui lie deux parties à l’intérieur du système de la personne, ou entre la personne (ou des parts d’elle) avec une autre personne (ou ses parts). Cela concerne le plus souvent deux protecteurs, un manager et un pompier, mais n’importe quelle part peut entrer en polarisation avec une autre. Cela ressemble à la guerre de tranchées. Chaque camp s’observe en permanence et le moindre incident est prétexte à des échauffourées. Si la polarisation n’est pas jugulée elle peut mener à l’escalade, où chaque membre tente par tous les moyens de gagner de l’influence sur l’autre. Par exemple le critique intérieur qui cherche à contrôler une partie dépendante à l’alcool… Les parts protectrices polarisées protègent souvent le même exilé, mais elles l’ignorent.

Rôle préféré – Rôle forcé

Nos parties sont destinées par nature à jouer des rôles dans nos vies, selon leurs dispositions, leur sensibilité… Ce sont les rôles préférés. Dans certaines circonstances, où le système de la personne est blessé par un événement extérieur, ils sont contraints d’abandonner leurs rôles naturels pour endosser des rôles de protecteur, dits rôles forcés. Ce n’est que lorsque les exilés qu’ils protègent sont déchargés de leurs fardeaux, qu’ils peuvent laisser ce rôle et retrouver le leur. Ils jouent ce rôle depuis parfois si longtemps qu’il est nécessaire de leur rappeler qu’ils n’ont pas toujours fait ce qu’ils font et de les aider à retrouver leur inclination naturelle. Par exemple, le critique redevient un conseiller avisé et prudent, l’intellectuel avide de connaissance offre sa curiosité et son goût pour la recherche, le pompier travailleur infatigable offre son endurance et son efficacité… Ces rôles préférés constituent les ressources des parts qu’elles mettent progressivement au service du reste du système à mesure que la thérapie avance.


La façon d’appréhender le monde psychique du modèle Intelligence Relationnelle® intègre la dimension neurobiologique et tout particulièrement la mise en jeu du système nerveux autonome (SNA). L’état dans lequel se trouve le SNA conditionne la vie des parts qui lui même sous-tend le récit psychologique. Dans cette perspective la mise en jeu de l’homéostasie passe par des mécanismes de régulation/dérégulation du SNA. La correction des différents types de dérégulation du SNA permet aux différents acteurs de la vie psychique de tendre rapidement vers un retour à l’équilibre premier en désamorçant les coalitions et polarisations.

 

Cet article s’est inspiré de l’ouvrage ci-après : Le Doze, François, and Christian Krumb. La force de la confiance: une thérapie pour s’unifier. Paris: © O. Jacob, 2015.

X